COP21 et nucléaire

La COP 21 s'est terminée sur l'adoption d'un accord dont tout le monde semble se féliciter. Est-ce à dire que les problèmes auxquels le monde est confronté sont réglés ou en voie de règlement ? Non malheureusement.

Pour autant, l'importance de cet accord ne doit pas être sous estimée. Il s'agit essentiellement d'un accord de méthode, qui fixe ou rappelle les objectifs en matière de climat, qui énonce quelques principes concernant les moyens et leur financement, et qui prépare le jalonnement des étapes suivantes de façon plus contraignante que par le passé.

C'est bien et c'était sans aucun doute nécessaire, mais cet accord ne dit rien directement sur les actions proprement dites pour y arriver. Pour trouver les engagements ou les intentions et parfois les moyens, il faut aller dans les "contributions décidées à l’échelle nationale" (INDC) de chaque pays ou région. Mais la somme des engagements/intentions pour réduire les émissions de CO2 se traduit en fait par une augmentation.

L'INDC Europe est particulièrement muet sur les moyens d'atteindre une réduction effective, et en outre pour ce qui nous concerne la France est cachée voire noyée dans la contribution Europe.

Au delà de la COP21, de ses engagements ou des intentions affichées, ce sont en fait les politiques énergétiques réelles des pays qui sont/seront déterminantes. En France cette politique énergétique se veut définie ou orientée par la loi TECV, évoquée et décortiquée en différentes occasions lors de nos réunions ou conférences, mais qui malheureusement ne cible pas les vraies solutions efficaces, ou ne crée pas les conditions de leur émergence.

Concernant la partie électricité, en France, et en Europe, les difficultés de l'EPR (dont les causes sont multiples et de nature très diverses) ne doivent pas occulter que le nucléaire reste une nécessité sauf à tourner le dos à la réduction des GES. Les renouvelables, intermittents, ne peuvent à eux seuls assurer production et équilibres, contrairement à ce que certains voudraient faire croire, (en tous cas tant que le stockage massif de l'électricité n'est pas industriellement et économiquement résolu, ce qui est loin d'être acquis)

Espérons que cette logique de bon sens, n'en déplaise à certains, restera présente dans l'esprit de nos décideurs, et permettra de mobiliser l'ensemble des énergies décarbonées, dont le nucléaire, pour contribuer efficacement à la lutte contre le changement climatique.


Je vous invite aussi à aller voir le site de la SFEN www.sfen.org que notre site régional SFEN-RAL n'entend ni dupliquer ni remplacer ainsi que le site www.nuclearforclimate.com

Georges Servière

Président SFEN RAL

Menu Conférences plénières Réunions-débats Visites WINRAL Clubs JS/JG Ressources Qui sommes-nous ? Réunions-débats Visites WINRAL Clubs JS/JG Conférences plénières Documents Autres conférences SFENRAL Liens
Pas encore adhérent ?

Adhérez à la SFEN !
Remplissez ce formulaire.

A NOTER!!!
Conférence 
" La transition énergétique au niveau mondial, européen et français"



animée par 
Jean-Guy Devezeaux de Lavergne
Directeur I-Tésé

Le 12/X/2016
à 18h00
A l'ESPASCAF
Les inscriptions seront ouvertes prochainement
Dernière mise à jour
Mardi 27 Septembre 2016, 23:29